17/01/2012

Sourire de la fortune !

 

Idée de texte du site Écrire 2012

diamantblanc.jpg

Aujourd'hui, je suis comme une baguette qui vient de sortir du four. Je suis craquante à souhait et tendre comme le jambon. Il manquerait de peu que je devienne sandwich. La moutarde risquerait de me monter au nez. Et, ce n'est pas le jour.

Aujourd'hui, j'ai des envies. Oui ! Des énormes, monstrueuses, gigantesques, astronomiques envies. Ce n'est pas tous les jours, je l'avoue. Mais faut-il attendre le plaisir de l'autre pour assouvir ses envies hors normes ? Non ! C'est évident. Surtout que l'autre, c'est l'homme de ma vie. Un galérien. Pas un chômeur, non. Il travaille. Ce n'est pas Byzance, c'est un journalier dans les fermes. Si, si ça existe toujours. On se pratique peu. Et quand l'on se voit, lui, il a les yeux troubles. La petite prune du père Latache, ça vous fait chavirer un bateau de croisière sur la côte. Lui, s'est un rescapé et moi, je suis sa chaloupe. Et je prends l'eau au niveau de la flottaison. C'est dire que je ne peux rien attendre de mon homme, même si je l'aime. Une femme, c'est comme ça et pas autrement et pas la peine de faire de la psychanalyse de bar pour vous faire un article sur la Psyché de la femme.

Aujourd'hui, je suis seule. Et ça tombe bien. Je vais pouvoir en profiter un max. Vous vous posez la question sur ces envies sans noms. Et bien rassurez-vous, je ne veux pas me goldiner un mec sur le balcon du dernier étage de mon immeuble actuellement à louer, porte ouverte et fenêtres teintées de rose. Et pas non plus me shoppingnier toute la grande rue de magasins où chaque empreinte de mes chausses plates vaut dix mille euros (et pas du mètre carré). Et pas plus que je ne vais prendre mes rêves pour des réalités. Car un rêve reste un rêve, et s'il doit s'accomplir il n'a pas lieu de rester planter sur sa terre nourricière et vous voilà perdue, à vous raccrocher à un autre rêve, et de rêve en rêve, cela devient un cauchemar.

Aujourd'hui, je vais craquer. Et dans le bon sens du terme. Et pourquoi ? Je vous le demande. Et bien, je vous explique. J'ai reçu hier, une lettre. Rien de bien méchant une lettre, en général. C'est une enveloppe ordinaire avec à l'intérieur un papier. Sur cette enveloppe, il était inscrit : destinataire inconnu, et des raturages à n'y rien comprendre. Une femme s'est curieuse par nature et je n'ai pas eu la présence d'esprit (une femme a-t-elle un esprit - voir les blondes) d'aller me rendre au premier bureau de poste venu. D'ailleurs, un bureau de poste ici, c'est trente bornes. Et je n'ai pas de voiture et mes guiboles ne sont pas Ben Johnson. J'ai ouvert la lettre. Je l'ai déchirée à vrai dire. «  - C'est pas bien, ça ! » me dit une petite voix à l'intérieur de mes quelque neurones de brune. Mais je résiste à cette enquiquineuse qui commence à me harceler dans ma tête. A l'intérieur, un papier plié en quatre. Ce n'est pas un papier traditionnel, genre blanc, quatre-vingt grammes. Non. C'est un papier épais, jaunâtre, pas bien propre. Et comme de pas coutume, moi qui suis désordre, je m'étais assise à la table de la cuisine comme à une table d'autopsie. Je ne voulais pas en perdre une miette. Une miette de quoi ? Je ne savais pas encore. Mais, il y a un sixième sens chez nous les femmes que les hommes ne pourront jamais comprendre. Je déplie. Je prends mon temps. Je n'ai rien à faire de ma journée qu'à m'occuper de ma basse cour, de mon potager et de moi-même. J'aime m'occuper de moi-même. Ce n'est pas parce que on loge en pleine nature (je fais du naturisme à mes heures, pour les coquins qui lisent ses lignes) qu'on doit se laisser aller et ne pas prendre soin de soi. Donc, je déplie, lentement. Pli par pli. Et là, je découvre des dizaines et dizaines de scintillements. Je n'en crois pas mes yeux. Je n'en crois pas ma chance. Car, si je ne sais pas vraiment ce que c'est, j'ai comme un boum au coeur, la sensation d'avoir tirer le gros lot. Des diamants.

Aujourd'hui, j'ai des envies. Oui ! Des énormes, monstrueuses, gigantesques, astronomiques envies. Aujourd'hui, je vais craquer.

 © Max-Louis MARCETTEAU 2012

21:49 Écrit par Max-Louis MARCETTEAU dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : diamant, femme, lot, envies |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.