28/07/2011

La vie dans un entonnoir

 

Beethovenfries.jpg

Klimt : tableau tiré des frises Beethoven dans la Galerie Secession de Vienne - 1902

 

 

 

La vie dans un entonnoir, les mots surnages … muets.

 

- Demain probable !

- N 'empêche que … !

 

 

- La vie ...

- … Un jeu de quilles.

- Quille, brisée, j'en perds l'équilibre … à en perdre la boule.

- Boule de billard ! Attention au jeu du chirurgien en quête de sauver.

- Sauver ? Toute vie finie par un linceul. A table les vers !

- Vert l'habit du bistouri au noir scalpel, il n'y a qu'un fil.

- Fil du souffle coupé, les fibres sont froides.

- Fibres de tes lèvres.

- Lèvres du désir morbide, le vent automne les grouillements des vers.

- Vers sur le pied de l'appétit, le terreau est bientôt prêt.

- Tiens moi la main, les derniers os viennent de prendre le large.

- Large est la croix des souffrances qui contient des rancœurs.

- Rancœurs d'hier comme neige, gèle le présent, l'avenir.

- Avenir, tu prends les premiers récifs aux premiers mots.

- Mots, tu mords à l'éclosion du premier souffle. Ne crie plus, l'orage arrive.

- Adviendra la pluie et son tambour. La peur s'éclaire. Viens, ne restons pas sous cet arbre de mort.

- Mort, comme une renaissance. Je l'attends, nous l'attendons. Jamais  nous serrons séparé.

- Séparation : qu'elle est ce mot, Mon Amour ?

 

© Max-Louis MARCETTEAU 2011

 

 

 

19:51 Écrit par Max-Louis MARCETTEAU | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer