29/04/2011

Cogitation

beauvais-MR-ONIRIQUE.jpg

Oeuvre de Stephan BEAUVAIS


 

« Ce qui n'a pas de lieu, un grand désordre » du site Paradisbancale

 

La topographie de la pensée n'a pas lieu de tenir compte d'un ordre quelconque dans sa représentativité d'un lieu existant physiquement dont les données imagées ne sont que pures spéculations car non soumises au préalable à sa connaissance. Ceci posé :

 

Quoi qu'on pense, le lieu est attribut de la perméabilité de la pensée, permettant ainsi de dessiner un bloc de pensées qui accorde un seul élément de référence afin de pouvoir constituer une définition si ce n'est un début de construction.

 

Ce non lieu ne fait pas office de lieu permanent. Il est lieu partout où bon nous semble. D'ici ou d'ailleurs entre les images réelles imprégnées de notre rétine, à celui existant par les différents spectres de la lumière invisible qui peuvent sous-entendre que, pour l'exemple, le grand désordre s'installe, simplement pour étayer un début de pensée sur le sujet. Il est paradoxalement le point d'équilibre.

 

Nous abordons la pensée relative, sur un lieu relatif et dont la consistance des deux, peut pré-valoir sur tous les termes, si ce n'est qu'un seul, au pouvoir de créer une entité subjective pour le plaisir d'assembler des idées, des définitions, ici, le désordre comme point d'appui.

 

Cependant, on a tout lieu de penser que les mots : lieu et désordre (grand étant un qualificatif pour rehausser le désordre) ne sont que des faire valoir. Car ce qui importe, ici, est la négation : n'a pas. Il soumet ces deux mots à sa diktat. Il émet sa puissance comme un empereur sur ces sujets.

 

Par cette première hypothèse : « Ce qui n'a pas de lieu, un grand désordre », la pensée plus que le lieu permet d'appréhender qu'un désordre possible est présent. Rien, nous le confirme. Il en ressort toutes les possibilités, le désordre en est une. Nous pourrions à loisir décliner. Et à chaque déclinaison, un autre monde viendrait se greffer dans la propre pensée, jusqu'à envahir (soyons fous) la réalité. Celle-ci, pourrait vaciller et ne plus se reconnaître. Elle deviendrait une réalité désordre, voire pire, à disparaître. Le désordre maître à bord, n'aurait plus qu'à donner naissance au chaos. D'ailleurs, n'en est-il pas ainsi ?

 

/...

 

©Max-Louis MARCETTEAU-2011

15:55 Écrit par Max-Louis MARCETTEAU dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer

Commentaires

tout est en lien, de façon informe, une question ouvrant sur une autre, une porte sur d'autres portes. Où est la première porte ? Quelle sera la dernière question, point final ? La pensée est prise dans sa toile, des agencements à n'en plus finir qu'il convient parfois de circonvenir pour un sens à trouver. Heureusement, il y a du sens à penser, à questionner, à énoncer quelques réponses...

Écrit par : Brigitte giraud | 29/04/2011

Bon jour Brigitte,

Oui, c'est ce qui fait aussi le charme de l'humain dans sa grande diversité :)

Max-Louis

Écrit par : Max-Louis | 29/04/2011

Les commentaires sont fermés.