12/10/2010

Clash

 

equilibriste_49ee26b90172c.jpg

Oeuvre de THIDJI

 

 

Rien ne sert de cueillir la pleine Lune, les ombres grises du passé s'invitent sur la plage des galets brûlants des neurones glaïeuls.


Les nuages vidés, la terre gorgée se révulse. Les pieds nus dans la boue, les mains crispées s'accrochent aux étoiles filandreuses d'un ciel délié de sang noir. Respiration d'un condamné : toute vie est une allégorie à briser. Rien ne sert de courir les orages, ils sont en nous. Parasites, ils envahissent nos iris, foudroient au plus profond l'œil du cyclone, blanc cassé, ses ventricules battent la démesure. Essoufflement, contraction des viscères, la peur propice se répand sur l'herbe des doutes, enflamme le corps de toute son angoisse sur le visage-miroir de l'ego. Les souvenirs s'onanisment par lesquelles les couleurs s'animent et treuillent les pinceaux emmanchés jusqu'à la garde de leurs jouissances.

Trois heures du matin. Le coeur, seul, est toujours vivant.

 

©Max-Louis MARCETTEAU 2010

 

22:36 Écrit par Max-Louis MARCETTEAU dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.