05/01/2010

A ce souffle

amor_abstraction_lyrique_de_yahne_le_toumelin

amor_abstraction_lyrique_de_yahne_le_toumelin.


 

Je caresse ta peau, pénètre toutes les entrées au seul résultat d'une jouissance comme un lait qui déborde de sa casserole, je me brûle et puis, demain lundi, je pars, une fois de plus, les sentiments déposés sur la première Lune venue, mes cendres s'accumulent, voici la mer des Humeurs et le premier train qui arrive, wagons d'identités bâchés de visages épinglés sur des sièges usés d'arthrose avant l'âge, j'assieds mon auguste personne déjà essoufflé par ce énième weekend, de la vie comme un abonnement qui n'en fini pas de s'imposer, j'ouvre les yeux sur mon bureau-bourreau les papiers cirés de textes, j'accuse mes heures passées à tenir mon enthousiasme caféine à jouer un jeu, échec et mat voici le soir, je pose mes doutes sur ma table de cuisine, j'épluche mes pommes en larme, mon cœur en oignon,  je frite le tout dans de l'huile bouillante de mon amertume, les doigts fourchettes j'engloutis ce repas tourmenté à la bile gorgée, l'heure du lit sonne, les draps m'appelle, je reste sourd au sommeil qui me somme de rejoindre les rêves, tenue de parade, la fumée de ma cigarette interpelle le cauchemar de service, le soleil s'est noyé dans mon verre d'eau je-t'aime, hier, tu étais vivante brûlante en toi, en moi, ton parfum me sourit, j'embrasse la première heure sur le front, fièvre est ton parfum, une bougie s'allume tu es là, à soigner mes écorchures, tu es fantôme, la vie s'accroche à moi, une étoile sur sa voute, les yeux de la nuit pleurent des étoiles filantes, j'en cueille une au hasard, son souffle me réchauffe les entrailles, toute vie est là, je caresse ton ventre, tu nous feras un enfant, à tes yeux bleus une onde de chagrin, de la vie comme un abonnement qui n'en fini pas de s'imposer, . . . il est long de mourir.


 

Max-Louis MARCETTEAU 2010

 

23:02 Écrit par Max-Louis MARCETTEAU dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour, fantome, caresse, chagrin |  Imprimer

Les commentaires sont fermés.