28/09/2008

Elle et Lui (6)

film_le_mepris_de_godard_bardot_piccoli

Film 1963 de Godard - Brigitte Bardot - Michel Piccoli

 

Lui : « Assoiffée, tu déploies tes lèvres sur ma peau, tu t’abreuves, tu es la messagère inattendue.

Elle : « Inattendue, je prends ton offrande entre mes mains, je suis passagère et gouverne ton excitation.

Lui : « Excitation, se tend mon seul relief que tu abordes aux caresses buccales et cède à ton feu.

Elle : « Feu, en moi, une chorale frémit dans ma chair, cueille mes fruits de jouissance au plus profond de mon intime.

Lui : « Intime, tu deviens spirale de gémissements intenses, aux vagues de ton corps démasqué.

Elle : « Démasquée, j’ouvre des écluses condamnées par les frustrations, verrouillées par ma caste.

Lui : « Caste, tu as cassé les chaînes aux profils de mes mots libérateurs, plongés aux grés de mes lignes.

Elle : « Lignes, ta main a saisit les contours de mes envies, modelé, érigé, mon château de cristal.

Lui : « Cristal, je bois ton apogée et ma langue accueille ta langue sans frontière, tu deviens entière.

Elle : « Entière, tu m’inventes, je deviens hydre insatiable, dévore tous les espaces interdits, improbables.

Lui : « Improbable, tu es instinctive, impulsive, possessive, fantasque, parfumée d’une folie volcanique.

Elle : « Volcanique, j’émerge, tu atteins ma sève vitale, surgit en moi un fleuve inconnu et fougueux.

Lui : « Fougueux, j’étreins tes vocalisent de ma bouche, j’aspire ton alchimie, me transforme en dieu.

Elle : « Dieu, tu es admis en ma terre, tu me sacrifies, j’exulte au plus profond de moi, je suis femme.

Lui : « Femme, tu jaillis aux virages montagneux de ma vie, je renais de mes ruines et tourments.

Elle : « Tourments, j’efface tes douleurs par les mots cris que tu dépèces sur les draps de la page vierge.

Lui : « Vierge, tu t’éprends de mon pal en ta chair, de ce crayon geyser les saccades de l’onde t’inonde.

Elle : « Inonde mes fibres spiralées, délivre mes gémissements asservis, deviens ma seconde chair.

Lui : « Chair de la même croix, opposable à tous, nous sommes crucifiés sur une terre bleue.

Elle : « Bleu, je renais d’un sang nouveau, enceinte moi de tes mots, que naisse notre immortalité.

Lui : « Immortalité est née sur le marbre avant l’ère de notre premier mot, dans un ailleurs.

Elle : « Ailleurs est ici et maintenant en tout temps, nous éparpille, nous recompose, de Livre en Livre.

Lui : « Livre toi et moi, j’écris ce Nous sur les pentes des heures agrippées aux barreaux du Temps.

Elle : « Temps qui se dilue sur nos chairs, à nos âmes identiques, s’ouvre une nouvelle tentation.

Lui : « Tentation et cœurs se tiennent par les mains, la raison se vomit dans l’océan compréhension. 

 

©Max-Louis MARCETTEAU 2008

 

15:02 Écrit par Max-Louis MARCETTEAU dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : tentation, langue, cristal, frontiere |  Imprimer

Commentaires

amour fusion, l'amour est fort, on se sent devenir un dans l'union, mais il faut aussi faire attention à garder sa singularité. A ne pas perdre son soi en devenant l'autre. Vous savez vous parliez de mante religieuse, la femme peut l'être, l'homme aussi et l'amour se transforme en étouffement.

Écrit par : KATHERINE | 20/02/2013

L'amour est étouffement à partir du moment où la liberté (physique et/ou psychique) de l'autre est enfreint.

Écrit par : MaxLouis | 20/02/2013

Alors c'est un combat de chaque instant quand on Aime, respecter l'autre.

Écrit par : KATHERINE | 20/02/2013

Il faut savoir être naturel, tout simplement. C'est quand celui devient perd de sa substance que le l’effondrement est probable.

Écrit par : MaxLouis | 20/02/2013

Les commentaires sont fermés.