27/04/2007

Nue, assise

2

Nue, assise en califourchon sur un banc de bois blanc soudé au sable d’une plage immense, émondée de toute âme, je règne sur une surface sableuse et une eau trop calme pour ne pas être vivante. Je ressens dans mes entrailles ces caresses et son ressac intime écume mon antre secret. Le Temps translucide pigmente mon corps de ses secondes et bourdonne dans mes oreilles, tel l’acouphène. La douleur et le plaisir se mêlent, bouillants, absolus, je me donne entièrement, libre et prisonnière, j’exulte un long cri qui résonne comme un galet déformant les gémissement de l’océan. J’ouvre mes bras au soleil couchant et tète ses derniers rayons pour me nourrir de son énergie sanguine. Je déverse une pluie de larmes arc-en-ciel sur le rivage. Déposséder et posséder à chaque vague, l’orage de mon envie me foudroie de tenir, ardente comme un volcan en éruption. Tenaillée de mourir sur l’instant, poursuivie de vivre encore par l’excitation permanente, j’overdose. Je me renverse en arrière, les bras pendus, deux branches arrachées par un ouragan, mon corps se refroidit. Mes paupières, ostensiblement rétractées, le ciel me jette ses étoiles. Mes pupilles dilatées comme des trous noirs, me brûlent les rétines. Je hurle. Je suis sanglée, pieds et mains par la mort. Je suffoque, transpire la honte d’être ! Je résiste. Pourquoi, je ne veux pas mourir ? Ne suis-je pas ces milliards d’orgasmes refoulés, outragés, souillés. Suis-je bouc émissaire ? Trahison ! Mon corps est convulsion, mon âme nappée de la damnation ! Je veux de ce ruisseau, née, trépasser à la marée montante de l’océan de mon démon : Asmodée. Fin d’un règne, début d’une déchéance. Le sable devient mouvant. Je suis happée. Ce cercueil m’accueille : tous mes orifices envahis de grains acérés, pénètrent mes intimes révélations de jouissance. Débauches extrêmes, me cisaillent les jointures, me dépècent, ma chair est blanche. La mort m’écrase de sa puissance. Je lâche prise et ma folie me sangle sur un lit d’hôpital.

 

©Max-Louis MARCETTEAU 2007

 

22:21 Écrit par Max-Louis MARCETTEAU dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Imprimer

Commentaires

Je suis arrivée chez vous, Par le blog de "Feurs hypomanes" où j'ai lu votre commentaire... Si vous aimez l'écriture d'Edouard vous ne pouvez qu'être intèressant :) et je ne me suis pas trompeée... Vos textes sont finement ciselés d'érotisme et en même temps d'authencticité... J'aime beaucoup...

Cordialement
Marie Lanson

(rubrique"plumes")

Écrit par : Marie Lanson | 28/04/2007

... Marie a tout à fait raison..je suppose que vous avez déjà publié. Ou alors ça mérite amplement de l'être. Je vous conseille le site de Marie mentionné par elle: poésie d'une grande sensibilité et très riche en métaphores ensoleillées souvent, sans l'ombre d'un cliché. Je suis positivement surpris à chaque fois.
L'hypomanie est une pathologie de douce euphorie lucide, même très très lucide. J'ai été longtemps très hypomane (c'est une psy qui me l'a appris), d'où le nom de mon blog. Le terme hypomane n'est pas dans tous les dicos, mais dans google j'ai trouvé plein de sités en parlant. En plus, je suis sagittaire, et on peut entendre "Hippoman": en gréco-anglais, "cheval-homme". Sans oublier que mon prénom Edouard est d'origine anglaise et mon nom Nicolas d'origine grecque..bizarre...bon je vais quand même pas rater mon prochain rendez-vous chez le psy. :-)
Je vous remercie pour votre commentaire détaillé, votre fine analyse très soignée. Bon w-e, à bientôt, et bravo pour votre talent et votre érotisme à fleur d'écran.

Écrit par : Edouard | 28/04/2007

. . . Edouard : J'ai connu des Sagittaire. Ils et elles avaient le caractère bien trempé. Cela se confirme :) Je te remercie des précisions concernant : hypomanie. J'ai appris un nouveau mot. :)

Écrit par : Max-Louis | 28/04/2007

. . . Marie : Je suis allé transporter quelques mots sur vos textes. Je me sens petit devant votre oeuvre.

Écrit par : Max-Louis | 28/04/2007

Merci pour ton passage sur mon blog et ton gentil com.

Bon dimanche

Écrit par : Isabeau | 29/04/2007

Merci à vous, Pour vos commentaires poétiques. Je les ai beaucoup apprécié et ne vous sentez pas petit, vous n'avez rien a m'envier,vos textes sont vraiment très beaux.

Écrit par : Marie Lanson | 30/04/2007

Je compte bien TOUT lire! Et ne pas me cantonner au dernier post: quand on en adore un, on souhaite les connaitre tous n'est ce pas? Donc je reviendrai trés longuement.
Amicalement.

Écrit par : mimi | 30/04/2007

Les commentaires sont fermés.