04/08/2006

Que sont devenus

Que sont devenus tes yeux qui pleuraient ? Deux puits vides ? Tes larmes roulaient sur les tuiles de mon cœur. Je suis l’imperméable de l’amour. Qui me rencontre, s’agglutine à mes mots et glisse sur mon cœur. Tu étais mante, je suis grenouille. Tu étais serpent,  je suis mangouste. J’ai dévoré ton rêve. J’ai brisé le miroir de mon ciel bleu apparat, où chaque matin tu te mirais. Pour toi ma fidèle, j’ai fabriqué une citadelle en cristal, sur les structures d’une toile de mygale, en filigrane. Je suis l’infidèle par excellence. Tes horizons nouveaux d’amour, sont à présents de pâles reproductions et tu t’accroches  comme une goélette à son océan qui cherche une jetée pour s’encrer dans la . . . boue. Tu as sacrifié de belles années sur la plage artificielle de mon amour. Ton visage est atrophié. Ton corps est une peinture mortifiée par les ratures du manque. Ton âme est une eau salie qu’aucun produit ne viendra purifier. Tes mains serrent le volant de ton destin pour en modifier la trajectoire. Trop tard. Le ravin sera ta prochaine étape. Je respire, à l’avance ce parfum. Je pourrai me glorifier d’une autre victoire. Toi qui te présente comme une femme, n’est qu’une fatale dont le venin a vitrifié plus d’un homme sur sa course vers l’amour vrai. Je sanctifie mon trophée à tous les hommes dupés. Pourtant chaque combat trace des blessures. Je soigne mes plaies, par d’autres conquêtes et les cicatrices, plus profondes, me torturent à la pression abyssale. Je me noie pour la bonne cause. Cause perdue d’avance. Je suis un timide qui n’ose pas aborder les femmes et j’en admire qu’une seule, mon idéal, une sculpture de Maillol. Il ne lui manque que le mouvement qui aurait cet avantage, de m’obéir à chaque pose que  je lui ordonnerai d’exécuter. Je flambe mes jours sur le corps de cette femme qui n’existe pas. D’ailleurs est-ce que j’existe vraiment ? Ne suis-je pas une sculpture abandonnée dans un square ?

 

©Max-Louis MARCETTEAU2006

09:05 Écrit par Max-Louis MARCETTEAU dans Général | Lien permanent | Commentaires (20) |  Imprimer