23/07/2006

Je traîne

Image de Gianni Candido du site http://www.zyeuter.com/

 

Je traîne des casseroles usagées dans la cuisine de ma vie. Je n’ai pas de poudre à récurer assez puissante, pas de lave vaisselles industrielle pour nettoyer ces souvenirs écorcheurs d’âme, accrochés au fond de chacune d’elles (et ne parlons pas de l’huile de coude.) Je ne peux pas m’en séparer, tout juste les gommer pour quelques-unes. Il reste, pourtant en filigrane des effets qui font mal au cœur. Les envoyer à la première déchetterie venue m’est impossible. Je suis attaché à elles comme le ciel aux nuages. J’ai enfermé certaines dans un placard de ma cuisine à double tour (imaginez la cuisine d’un homme, si le confort est présent, l’entretien laisse à désirer.) Elles sortent à un moment inattendu, par une nuit bien noire, un style de noir que même le fantôme de service n’ose pas s’y aventurer, et viennent frapper aux portes de mes rêves pour créer un champ de cauchemars, d’angoisses qui me réveillent couvert d’une sueur qui ressemble à de l’huile de friture. C’est pour cela d’ailleurs que je dors seul. J’ai du mal à concevoir qu’une femme puisse supporter une telle odeur de cuisine dans une chambre à coucher, même si je devais l’équiper d’une hotte aspirante hyper puissante, la chambre pas la femme. Autant une vie est longue, autant elle apporte de casseroles. Ce qui présage une suite aléatoire de mauvaises nuits. Ce qu’on appelle couramment une nuit blanche. D’ailleurs je ne vois pas le rapport, si seulement la lampe de chevet est blanche. La mienne est rouge. Oui, cela permet lors du réveil de ne pas être ébloui. Cette atmosphère est propice au calme. Et ne me dites pas que cela énerve. Le taureau, par exemple, est insensible au rouge. Il l’est, part l’ondulation du rideau rouge du torero comme je le suis de ces souvenirs qui écorchent mon âme. Un homme à une âme, mesdames, un cœur et le reste qui va avec. Ce n’est pas simplement qu’une mécanique qui pavoise et sert d’ustensile ( pas de cuisine ). D’ailleurs en écrivant cuisine, je viens de m’acheter une nouvelle casserole. J’espère qu’elle ne rejoindra pas ma collection de casseroles usagées. Pour cela j’ai pris la précaution d’appliquer un adhésif spécial anti-souvenirs cuisants.

 

©Max-Louis MARCETTEAU2006

18:47 Écrit par Max-Louis MARCETTEAU dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer

Commentaires

... merci d'avoir déposé tes mots qui dans un ballet fougueux de Pegase brillent de tout leur feux...J'ai d'ailleurs beaucoup aimé "le château de crystal aux reflets de Pegase"...
J'espère avoir le plaisir de te relire bientôt.

PS. As-tu vu que j'avais laissé un comm. à ton post précédent ?

Bonne journée à toi !

Écrit par : crysalidea | 02/08/2006

. . . Ce goutte à goutte est comme le supplice chinois. Rien ne peut l'arrêter. De cette somme de gouttes, forme une stalactite et un jour vous transperce.

Note : je viens de répondre à ton comm :)

Écrit par : Max-Louis | 03/08/2006

Les commentaires sont fermés.