29/04/2006

Il y a bien longtemps

Il y a bien longtemps, un séducteur qui se nommait Paouxhe, fréquentait les espaces interstellaires des Univers connus et inconnus. Il était né d’une combinaison subtile et complexe de particules, à l’instant fractal de la séparation de la Matière et de l’Antimatière. Ses conquêtes étaient innombrables, mais pas incommensurables. Pourtant chaque étoile était persuadée du contraire, envoûtée par sa renommée. Il avait des opposants aux noms explosifs : Hélium, Hydrogène, Deutérium . . . et il n’avait pas l’intention de dramatiser une idylle quand la tension commençait à prendre des proportions exponentielles. Son but était de séduire, pas de détruire. Mais, tout séducteur à son revers : celui d’être ensorcelé par ce qui l’attend le moins. Un jour, il découvre une galaxie spirale à effet bleu cristal. Nul besoin de se présenter, toutes les étoiles le reconnaissent. Il porte son attention sur une petite étoile, couleur jaune orangé, à l’allure timide. Elle se nomme : Soleil. Sous son charme, elle l’invite en sa modeste demeure d’un million de km de diamètre. Heureuse de le recevoir, elle exalte sa bonne humeur par des protubérances radieuses jusqu’aux confins du système solaire. La venue de Paouxhe est pour elle, un pied de nez à solitude et autres étoiles alentour. Elle est rassurée. Il représente un signe, celui de la Providence. Elle s’épanche à ce confident inespéré et apparemment compréhensif. Elle avoue à Paouxhe son amour impossible pour une planète : La Terre. Une belle bleue, de reliefs tristes, qui a toujours refusé ses avances. Elle lui propose de la divertir et de la convaincre que leur amour fusionnel doit être consommé. Paouxhe, qui n’a jamais approché une planète accepte cependant par défi. Il aborde la Terre par une nuée de mots séducteurs et lui promet une attention particulière. Il crée les océans puis les végétaux  et des animaux très bizarres. La Terre est, de jour en jour, plus rayonnante, plus ravissante. Elle porte la grâce avec ses nouveaux habits : des nuages blancs qui lui donnent une allure sensuelle. Paouxhe se met au rapport chaque fois qu’il le peut avec l’étoile. Elle est heureuse. Pourtant, elle ressent, dans les propos de son médiateur, une passion à peine voilée pour la Terre. Paouxhe devenait amoureux même s’il ne connaît pas le terme de cette sensation étrange qui parcourent les fibres les plus intimes. Soleil devine l’emprise de cette Fatale Terre et comprend que la partie, pour elle, est perdue. Il annonce, alors, à tous les Univers que Paouxhe est un séducteur sans paroles et qu’il est à présent interdit de lui adresser la moindre considération et prononce le mot : SILENCE. Depuis ce jour, Paouxhe est seul. Toutes les étoiles détournent leurs regards à son passage. Il en veut à la Terre entière et pour se venger crée un bipède qu’il baptise : HUMAIN qui sera le cancer de la Terre. 

 

© IoToP2006

16:48 Écrit par Max-Louis MARCETTEAU | Lien permanent | Commentaires (2) |  Imprimer